Gare RER d’Orsay Ville : un passage public "privatisé" par la RATP

La gare d’Orsay sur le RER B en Essonne connaît une forte fréquentation. Le RER est un bon moyen de transport pour accéder au campus universitaire, à la ville des Ulis toute proche, et évidemment pour les trajets des orcéens eux-mêmes. Malgré cela, l’accessibilité de cette gare aux personnes à mobilité réduite (PMR) n’est toujours pas assurée. Enfin des travaux sont programmés, et voilà que l’accessibilité pour quelques uns, bien nécessaire, va se transformer en inaccessibilité pour beaucoup !

La gare RER est construite à flanc de coteau, la ligne coupe la ville en deux à cet endroit, et au niveau de la gare, un passage souterrain piétonnier permet à la fois d’accéder aux quais et de rejoindre l’autre côté de la ville. D’un côté la gare routière, quelques commerces et services tout près, et la ville commerçante assez proche. De l’autre, en contrebas, des pavillons, l’université, et la piscine municipale.

Pas d’autre passage piéton à moins de 200m de la gare d’un côté, au moins un km de l’autre. Le souterrain, agrémenté d’un marchand de journaux, est libre de passage aux heures d’ouverture de la gare depuis toujours, il n’est donc fermé que de 1h à 5h du matin environ. L’accès au quai vers Paris se fait par un escalier perpendiculaire depuis le souterrain principal, il est équipé de poteaux valideurs simples, sans tourniquet ni portillon, laissant le passage entièrement libre.

La RATP, profitant des travaux d’aménagement pour les PMR, n’envisage rien de moins que d’installer des tourniquets et portillons à chaque extrémité du souterrain, rendant ainsi impossible la traversée aux simples piétons. Cela va gêner un nombre considérable de gens se rendant d’un côté à l’autre de la ville et défavorise les transports doux. La municipalité d’Orsay est bien évidemment opposée à la fermeture de ce passage et a mis en place une pétition.
Cela va aussi gêner les clients RATP avec bagages ou poussette, ou simplement bras chargés, puisqu’actuellement l’accès aux quais se fait sans contrainte physique.

Pourquoi cela ? La RATP aime autant les tourniquets que la SNCF, et la fraude est une obsession de ces transporteurs, préoccupation plus importante que l’information ou le confort du voyageur. La philosophie des portillons avec tourniquets est claire : tout voyageur est un fraudeur potentiel, et on lui présente une porte fermée dans un passage étroit et mal commode qu’il devra franchir aussi bien pour entrer que pour sortir du système. Ces lourds investissements n’empêchent nullement un fraudeur déterminé, mais néanmoins l’installation de ces portillons à bestiaux progresse.
Elle serait confortée par une recommandation du STIF (Syndicat des Transports d’île de France) qui stipulerait qu’au delà d’un certain nombre de voyageurs par jour, il faut installer ces tourniquets de malheur.

Voilà comment transformer un projet d’accessibilité en un projet d’inaccessibilité.

Ne doutons pas que le STIF et la RATP sauront changer leurs vieilles habitudes et auront à cœur de faciliter la vie de tous les voyageurs et du simple piéton.

J.C. Jurvillier, président d’association d’usagers du RER B

PDF - 43.8 ko
Voir aussi : Courrier AUT

dimanche 5 avril 2009

Messages

  • Tout a fait d’accord avec l’article. Nous sommes en plein de mois de juillet 2013 et ils ne pensent pas à ceux qui ne sont pas,en vacances et qui doivent se taper le tour de 1km pour pouvoir accéder au rer quand on vient du haut d’Orsay sans compter les travaux de quai à Lozère et le temps d’attente en plus ce qui fait une bonne heure en plus à compter sur un trajet qui est déjà conséquent quand on travaille sur Paris. Un petit passage temporaire pour éviter ce grand detour ne serait pas de trop !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.