RER C et TGV : Massy – Valenton ouest, un projet utile pour tous

Notre association se félicite de la tenue par RFF d’une nouvelle concertation sur l’aménagement de la ligne Massy – Valenton dans sa partie ouest. Comme nous l’avions écrit au Président HUCHON dès 2005, le statu quo n’est pas une solution acceptable :
- le nombre de TGV quotidiens empruntant cette ligne est passé de 27 à 41 en 10 ans.
- le RER C n’a pas pu être renforcé mais la part des retards sur la branche entre Massy et Choisy-le-Roi causés par les TGV a fortement augmenté, passant de 3,1 à 7 % en 5 ans.
- les riverains n’ont eu aucune protection phonique et le passage à niveau de Fontaine-Michalon est toujours présent.

Le projet présenté, s’il ne dissocie pas totalement les flux RER et TGV, est de nature à améliorer la situation sur ces trois items pour un coût abordable et un délai raisonnable. Il est le complément logique des travaux qui vont commencer cette année dans le secteur d’Orly et Villeneuve-le-Roi.

Interconnexion sud des LGV : un projet complémentaire à échéance incertaine

Certains riverains considèrent que le projet d’interconnexion sud des LGV, soumis au débat public fin 2010, rend inutile l’aménagement de la ligne existante. Pour notre association, les 2 projets sont complémentaires car ils ont des budgets et des calendriers sans commune mesure (5 ans et environ 60 millions d’euros pour l’un, probablement 15 ans et plus de 3 milliards d’euros pour l’autre). Il faut en effet être réaliste sur le calendrier de ce grand projet dont il faut rappeler qu’il a été lancé officiellement en décembre 2003 par le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (CIADT) alors que le débat public n’a eu lieu que 7 ans plus tard.
Par ailleurs, même avec le passage en souterrain des TGV, les trafics RER B et C (et marginalement fret) resteront à terme sur les voies en surface. Les protections phoniques et aménagements paysagers inclus dans le projet court terme seront donc durablement bénéfiques pour les riverains.

Vu du RER C : un intérêt indéniable

L’amélioration du RER C nécessite évidemment des investissements lourds qui vont au-delà de la problématique de Massy-Valenton. Néanmoins fiabiliser la branche Massy-Choisy du RER C est important car le retard des missions omnibus qui y circulent impacte ensuite toutes les autres missions à l’approche de Paris. La fréquentation des gares entre Massy et Pont de Rungis est certes modeste pour le moment mais c’est lié en partie à la faible fréquence de 2 trains par heure en période de pointe, la plus mauvaise desserte ferrée en zone dense d’Ile-de-France. De plus la correspondance à Rungis la Fraternelle avec le tramway T7 fin 2013 amènera un afflux de voyageurs si les temps d’attente sont raisonnables. Enfin la faisabilité d’une gare à Wissous mérite d’être étudiée, mais il est probable qu’elle ne soit pas réalisable sans mener à bien préalablement le projet soumis à concertation.

Vu du RER B : pas d’impact négatif

Le fonctionnement déplorable du RER B nécessite, au-delà des travaux en cours sur la partie Nord, un véritable schéma directeur du RER B sud qui est enfin en cours d’élaboration. Dans le secteur concerné, le STIF indique que la réalisation d’une 3eme voie éventuelle n’a pas d’intérêt avant le doublement du tunnel Châtelet – Gare du Nord. Si tel est bien le cas, le projet avec son emprise à 6 voies au niveau de la rue des Chênes à Antony est suffisant à moyen terme. Toutefois nous préférerions que l’emprise de la 7eme voie (3eme voie RER B) soit d’ores et déjà conservée tel que présenté en variante 2.

Conclusion

Il est sûrement encore possible d’améliorer le projet, par exemple en proposant un dispositif de réduction du bruit à la source dans les zones les plus sensibles, voire en proposant le rachat des maisons situées entre les voies des RER B et C. Mais, après avoir perdu 8 ans, alors que le trafic TGV augmente régulièrement, la poursuite du statu quo serait la plus mauvaise solution.
Il faut donc qu’une décision définitive soit prise à l’issue de cette concertation et que la région Ile-de-France, principal financeur, s’engage enfin dans ce dossier dans l’intérêt de tous.

mercredi 4 janvier 2012

Messages

  • Arretez de bricoller quand on est mûr on ne propose pas un periferique TGV en ville à ciel ouvert

    Depuis 2001 le tunnel à 15 ou 20 metres sous terre aurait déjà été fini, tunnel ne posant pas de problèmes techniques l’enfuissement des voies actuelles oui (selon RFF).

    Tel que toujours presenté par SNCF/RFF periferique TGV a ciel ouvert en ville est "débile" où du style 1900 quand six trains passaient par jour, nos ingenieurs sont si minables en 2012 ?

    Un mur de Berlin pour essayer de contenir le bruit et les poussieres vous en faites quoi, vous regardez de temps en temps sur AIRPARIF la pollution en Ilde de France ???

    Non le periferique TGV a ciel ouvert en ville aux franciliens n’est d’aucune utilité il est plus que nuisible a leur santé.

    Le coût d’une réalisation se mesure sur le long terme, un bricollage tel que proposé aura de multiples coûts sans parler la nuissance et l’inesthetique totale.

    Mais qui peut presenter un truc pareil ???

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.