Voici le texte de notre lettre ouverte à Jean CASTEX:

Monsieur le Premier Ministre,

La Société du Grand Paris (SGP) a lancé la construction de plusieurs lignes de métro, dont certaines sont très attendues des franciliens pour l’amélioration de leurs déplacements, notamment la rocade ligne 15.

Mais, alors que les perspectives d’urbanisation du triangle de Gonesse restent totalement incertaines suite à l’abandon du projet Europacity décidé par le Président de la République, la SGP s’apprête à relancer dans les prochaines semaines les travaux de construction de la gare de la ligne 17 du Grand Paris express (GPE).

Cette décision nous paraît excessivement prématurée, rien ne permettant à l’heure actuelle d’affirmer que des constructions justifiant une gare seront réalisées dans ce secteur. L’emplacement de la gare étant actuellement situé au milieu des champs, celle-ci  pourrait alors demeurer durablement isolée de toute construction, ce qui constituerait un gâchis d’agent public sans précédent.

Nous demandons donc le gel de tous les travaux de la ligne 17 au nord de l’aéroport du Bourget et notamment ceux de la gare du triangle de Gonesse, tant que l’avenir de cette zone n’a pas été totalement défini, d’autant que cette urbanisation est de plus en plus contestée.

Plus largement, nous considérons que l’intégralité de la ligne 17 du GPE doit être réinterrogée, et qu’un débat public sur les besoins d’aménagement et de transports dans ce secteur doit être organisé :

  • La ligne 17 prévoit de relier principalement Saint-Denis, le Parc des expositions de Villepinte et l’aéroport Charles de Gaulle. Or cette desserte est déjà assurée par le RER B dont il faut poursuivre la modernisation avec vigueur.
  • La ligne 17 (hormis son tronc commun avec la ligne 16) desservirait une faible population. Les prévisions de trafic tablaient sur une fréquentation liée à plus de 40 % à celle de la gare du triangle de Gonesse. Cumulée avec l’incertitude sur le terminal 4 de Roissy, la rentabilité socio-économique de la ligne 17 n’est plus du tout établie.
  • Pour répondre aux réels besoins de transport des habitants, notamment ceux du Val-d’Oise, les 3 milliards d’euros de la ligne 17 peuvent être utilisés en tout ou partie pour financer d’autres projets moins coûteux et d’une bien meilleure utilité : sites propres bus, extensions du T11 avec desserte d’Argenteuil, gare de Saint-Denis-Pleyel pour la ligne H, etc.

Alors que de nombreux investissements pertinents dans les transports franciliens sont en manque de crédits, malgré le plan de relance, le gouvernement doit donner clairement la priorité aux projets les plus utiles pour la mobilité des franciliens.

Il est désormais urgent de corriger les errements de l’Etat dans ce dossier depuis 10 ans.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre meilleure considération.