Communiqué du 13 mai du collectif « RD920 en transition » :

La RN 20 est entrée dans l’Histoire de France quand en août 1944, elle fut le théâtre de combats pour permettre la pénétration de la 2ème Division Blindée du général Leclerc vers la capitale. Elle fut ensuite l’une des routes de l’évasion par l’automobile, symbole de liberté pour tous. Le développement des autoroutes voisines A6 et A10 l’a rendue à un trafic de proximité, restant important à la mesure de l’urbanisation toujours croissante.

Ces dernières années ont pourtant vu une baisse du trafic, et la RD 920 a commencé à évoluer dans sa partie sud entre Bourg-la-Reine et Massy, avec notamment des aménagements cyclables, malheureusement pas très convaincants.

Aujourd’hui, les coronapistes réinterrogent le rôle de cette artère. En quelques semaines à l’été 2020, des aménagements généreux pour les cyclistes, avec une voie de 3,50 m dans chaque sens ont été mis en place, et ont immédiatement rencontré un fort succès : on observait avant le nouveau confinement d’octobre une part modale des vélos de 16% à Antony à l’heure de pointe du matin, de 30% à Montrouge (source CD92).

Alors que l’avenir de la RD 920 devrait revenir en débat à l’automne, et à l’occasion des élections régionales et départementales, la CATTE qui regroupe les associations pour la transition écologique de Vallée-Sud Grand-Paris, l’AUT qui représente les usagers des transports d’Ile-de-France, rejointes par des cyclistes de l’axe dans le Collectif RD 920 en Transition, interpellent les candidats et les élus, et leur font des propositions pour le futur de cet axe :

  • Modération importante du trafic automobile, en vitesse et en volume, pour correspondre aux objectifs nationaux et locaux des nouveaux Plans Climat Air et Energie Territoriaux, et augmenter la place et la sécurité des piétons et vélos, les futurs aménagements devant néanmoins conserver la capacité d’accueillir des convois exceptionnels ;
  • Etude de la mise en place d’un tramway de la Porte d’Orléans à la Croix-de-Berny, à l’instar des grands axes routiers voisins, conformément au Schéma Directeur de la Région Ile-de-France et au PDU-IF (Plan de Déplacements Urbains). Inscription de réservations à cet effet dans tout projet d’aménagement de la RD 920. Maintien dans un premier temps de la circulation des bus.
  • Requalification de l’espace public et du linéaire bâti, permise par l’apaisement routier, pour envisager un développement économique (commerces et activités) et urbain harmonieux ;
  • Dans l’immédiat, pérennisation des coronapistes dans l’esprit des réalisations récentes d’Antony à la Porte d’Orléans, et sécurisation des carrefours et des zones de transition, sans pénaliser la circulation des bus.

Alors que nous avançons vers un monde inéluctablement différent, prenant conscience des impacts de nos actions, il convient de reprendre dans leur ensemble les études d’aménagement de cet axe unique par sa taille dans le sud francilien.

Les études menées jusqu’ici ne semblent plus correspondre aux besoins à venir : saturation toujours plus rapide des systèmes de transport environnants, cheminements cyclables insuffisamment capacitaires, bande centrale végétalisée inaccessible et souvent interrompue.

Tout plaide aujourd’hui pour l’ouverture d’un débat réactualisé sur le devenir de cet axe pour imaginer la RD 920 du futur et de la transition écologique. Nous proposons la réalisation d’un appel à projets ouvert qui mobilise le meilleur des savoir-faire dans le domaine.

CATTE                       Collectif RD920 en Transition             AUT – FNAUT IDF

CATTE, Coordination des Associations du Territoire pour la Transition Ecologique regroupe 38 associations pour la transition écologique établies dans les 11 communes du Territoire Vallée-Sud Grand-Paris dont Antony, Bagneux, Bourg-la-Reine, Montrouge et Sceaux directement sur l’axe de la RD 920.

Le Collectif RD 920 en transition rassemble sur ce projet l’AUT – FNAUT IDF, la CATTE, et des cyclistes et des citoyens de l’axe RD 920.